OIV

 
O_I_V
L’Opération interministérielle vacances est pilotée au niveau régional par la Direccte, les opérations de contrôle étant mises en œuvre par les directions départementales interministérielles, sous l’autorité des préfets de département.

Bilan des actions conduites par les services de l’État
Pour la période estivale 2018, l’opération a été déployée dans l’ensemble du département entre le 1er juin et le 15 septembre 2018 autour de trois axes prioritaires : l’hébergement de plein air et l’offre en ligne, les produits liés au bien-être, à la détente et aux loisirs, les services de restauration dans les zones à forte densité touristique.
Tout au long de cette période, les services de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPPdirection départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) se sont mobilisés afin de mener conjointement, autant que possible,  leurs opérations de contrôle dans ces trois secteurs identifiés comme prioritaires.
En perspective, début novembre 2018, l'Opération Fin d'année : elle vise à protéger les consommateurs en assurant des contrôles renforcés durant le pic de consommation qui entoure Noël et le Jour de l’An.

L’Opération Interministérielle Vacances (OIV) 2018 a mobilisé les 7 agents du service CCRF qui ont réalisé 70 contrôles (l'objectif à réaliser suivant la répartition régionale était de 67 visites/contrôles) dans les activités liées aux loisirs (parc de loisirs, parc d’accrobranches, activités nautiques, aires de jeux, golf, simulateur de chute libre), en matière d'hébergement touristique : hôtellerie, camping, dans la restauration traditionnelle et rapide (food trucks notamment), dans le commerce de détail alimentaire et plus particulièrement les poissonneries et les boulangeries. 18 des contrôles sont des contrôles de sites internet.
Ces 70 interventions ont généré 29 suites, soit 25 avertissements et 4 mesures de police administrative soit un taux d’anomalie de 48 % contre 22 % en 2017.

Les suites se répartissent comme suit
dans le domaine non-alimentaire :
- 13 avertissements portant sur la sécurité des prestations et le respect des justificatifs de conformité, les règles d’étiquetage de sécurité des produits industriels, l’information sur les prix et les conditions particulières de vente, l’absence de remise de note ou des notes incomplètes, l’emploi de la langue française et la loyauté des informations délivrées au consommateur ;
- 3 mesures de police administrative pour des manquements en matière d’information sur les prix (affichage incomplet de prestations) et des notes incomplètes.

dans le domaine alimentaire :
- 12 avertissements pour des manquements concernant les règles d’étiquetage des denrées en lien avec la sécurité (allergènes), la traçabilité des denrées, la provenance et l’origine des produits (viandes, vins), l’information sur les prix, la présentation des vins et la loyauté des informations destinées aux consommateurs ;
- 1 mesure de police administrative pour des défauts en matière de réglementation liée à l’hygiène des établissements et des denrées et à la traçabilité des produits animaux et d’origine animale.

  • Actions conduites par le service de Sécurité sanitaire et qualité des aliments

La période estivale, du 1er juin au 15 septembre, a été l’occasion de renforcer les contrôles dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, principalement dans les restaurants commerciaux situés en zone touristique.
Hormis le niveau de formation du personnel embauché pendant cette période d’intense activité, la présence d'une clientèle nombreuse et passagère peut être source de problèmes d'approvisionnement, de stockage, de respect de la chaîne du froid et de gestion des stocks.
De plus, l’été ayant été particulièrement chaud, les non-conformités en matière de respect de la chaîne du froid peuvent être plus graves, notamment lors du transport et du stockage des denrées alimentaires.
Sur les 56 contrôles réalisés durant cette période, seuls 16 sont conformes, soit moins d’un tiers. Ce faible taux de conformité est à mettre en lien avec le ciblage des inspections, dans des établissements signalés sur plaintes ou en suivi renforcé à la suite de précédentes inspections. 2 inspections sont également survenues à la suite de signalement de toxi-infections alimentaires collectives.

Pour les cas de non conformités mineures, des avertissements ont été émis.
Dans les autres cas, le contrôle a conduit à mettre en demeure le professionnel de réaliser des mesures correctives (13 établissements concernés) ou à relever les infractions constatées (6 établissements). Un établissement a fait l’objet d’une fermeture administrative du fait de la non maîtrise de la chaîne du froid. Il a pu reprendre son activité après avoir modifié ses pratiques et investit dans du matériel de stockage des denrées adapté.

  • Actions conduites par le service de la Jeunesse, des sports et de la vie associative

Contrôles réalisés dans des hébergements sous tente :
Dans le cadre de la campagne de contrôle estivale 2018 des accueils collectifs de mineurs, 27 contrôles ont été réalisés dont 3 dans le cadre d'un hébergement sous tente.
Un seul de ces contrôles a nécessité un accompagnement de mise en conformité et fera l'objet d'une contre-visite lors des prochaines vacances scolaires.